lundi 15 avril 2019

Médiation : Être positif, c’est aussi être stratégique!

Par Jean Poitras et Solange Pronovost

En 1962, deux chercheurs japonais ont fait une expérience simple, mais spectaculaire. Ils ont frotté l’avant-bras de jeunes enfants avec des feuilles d'une plante provoquant de légères irritations de la peau. À un groupe, ils ont affirmé qu’il s’agissait de feuilles normales, tandis que dans l’autre, ils ont informé les petits de leur véritable effet. Dans le premier, aucun enfant n’a développé de réaction cutanée. Chez le second, presque tous les bambins ont présenté des rougeurs! C’est ainsi que les chercheurs ont démontré scientifiquement l’effet placebo. En médecine, il s'agit d'un phénomène classique. De même, il est utilisé en psychothérapie. Mais qu'en est-il dans un processus de médiation? Et si l’effet placebo pouvait être employé stratégiquement?

lundi 8 avril 2019

Gestion des conflits: Les personnes qui tiennent lieu de confidentes aident-elles ou nuisent-elles?

Par Jean Poitras et Solange Pronovost

Quand on parle d’une situation conflictuelle en milieu de travail, on fait généralement référence aux acteurs clés, c'est-à-dire aux individus impliqués dans le conflit et aux intervenants (médiateurs, gestionnaires, consultants). Il n’est pas rare qu’on oublie une catégorie importante, soit les personnes auxquelles les belligérants se confient. Malgré leur rôle souvent discret, celles-ci ont souvent une grande influence sur eux. Non seulement ces derniers cherchent-ils un support émotif auprès de leur confident, mais ils sont souvent influencés par les conseils qu'il leur donne. Un médiateur qui ignore sa fonction dans la dynamique conflictuelle se prive d'une pièce maîtresse du casse-tête quand vient le temps de planifier une intervention!

lundi 1 avril 2019

Pour dénouer un conflit de groupe, il faut parfois encourager l'expression des désaccords!

Par Jean Poitras et Solange Pronovost

Référons-nous à un contexte auquel bon nombre de gestionnaires et d'intervenants ont été confrontés. Vous facilitez une discussion avec un groupe en situation conflictuelle. Lors des rencontres privées, presque tout le monde vous a mentionné en avoir assez des comportements d’un des leaders négatifs. Mais voilà que durant l'entretien collectif, personne n’ose parler comme si au fond, les choses n’étaient pas si pires. Est-ce que les gens ont exagéré lorsqu'ils se sont entretenus avec vous? Comment expliquer l’apparente «harmonie» alors que vous savez que plusieurs pensent qu’il y a un problème? Selon le psychologue Irving Janis, vous faites face probablement à ce qu'il identifie comme étant la pensée de groupe. Mieux comprendre ce fait observable constitue un atout majeur pour les professionnels qui animent des échanges avec des équipes aux prises avec un conflit.

lundi 25 mars 2019

Un médiateur devrait-il coacher les participant(e)s à une médiation?

Par Jean Poitras et Solange Pronovost

Un des dogmes importants de la médiation est que le médiateur contrôle la démarche, alors que les personnes qui y participent sont responsables de trouver la solution. Le problème avec cette idée vient du fait que les intervenants peuvent parfois entretenir l’impression que leur rôle se limite à appliquer le processus. Pourtant, selon plusieurs auteurs, la plupart des participant(e)s veulent qu'il s’implique davantage et les aide à négocier. En effet, les gens sont souvent dépassés par le conflit et ils ne peuvent discuter efficacement sans un peu de coaching de sa part. Dans ces situations, en l'absence de ce soutien tangible, le processus de médiation serait voué à l’impasse.

lundi 18 mars 2019

Médiation: comment créer un cadre de discussion et d’analyse positif

Par Jean Poitras et Solange Pronovost

Alors que vous êtes au travail, vous rencontrez dans le corridor une personne qui vous sourit. Comment interprétez-vous ce geste? Si c’est une amie, peut-être conclurez-vous qu’elle est contente de vous voir. Si c’est un ennemi, vous pourriez plutôt en déduire qu’il vient de tramer un mauvais coup à votre insu. Cet exemple simple illustre le concept clé de la théorie de gestion coordonnée du sens (Coordinated Management of Meaning Theory). Selon celle-ci, les personnes en situation sociale agissent en se basant sur leur compréhension du contexte pour décider quel type d'action ou de réaction est approprié. Donc le choix du comportement d'un individu dépend entre autres de sa manière de concevoir les circonstances du moment. Conséquemment, l’un des leviers importants pour influencer l'attitude des gens consiste à changer leur façon de voir les choses. Pour un médiateur, cela peut s’avérer une stratégie d’intervention fort utile.